Equipage Olympe Hériot

(1908 - 1937)

Maître(s) d'équipage M. Olympe Hériot (1908 - 1937)
TerritoiresForêt de Lyons, Forêt de Brotonne, Forêt de Bord-Louviers, Forêt du Trait-Maulévrier
Devise(s)Avant toujours.
Fanfare(s)La Olympe Hériot, La Boissière
Historique

Le véritable nom du maître d'équipage est Olympe-Charles Hériot (dit Olympe Hériot), né en 1887 et mort en 1953. Il était le fils d'Olympe Hériot (père) et le neveu d'Auguste Hériot (le fondateur des Magasins du Louvre à Paris). En 1908, Olympe Hériot (Olympe-Charles Hériot) acheta le vautrait de M. Delanos ainsi que celui du comte d’Applaincourt.

 

(Collection Claude Alphonse Leduc - Château de Montpoupon)

 

En 1910, il se mit au cerf. Durant la saison 1911-1912, l’équipage pris 49 cerfs en 53 sorties. Remonté après la Première Guerre mondiale avec des chiens de l’origine du prince de la Tour d’Auvergne, il a continué de chasser le cerf en Brotonne, Lyons et Bord-Louviers. L'équipage attaquait toujours avec des rapprocheurs. Il a pris son cinq centième cerf au début de l'année 1926. En 1927, la meute se composait de 80 bâtards du Haut-Poitou. Une bonne partie des massacres des cerfs pris par l'équipage se trouve aujourd'hui au Musée de la Vènerie à Senlis.

 

Olympe Hériot, bien que fortuné, n'était pas mondain. Il aimait la chasse pour la chasse. Il portait une véritable affection pour ses chiens. Peu de personnes portaient le bouton de son équipage. Parmi elles, son frère, Auguste Hériot (ami de la romancière Colette) et Robert Delanos, celui auquel Olympe Hériot avait acheté sa meute. Le maître d'équipage chassait volontiers seul avec ses piqueurs. Ceux-ci étaient trois (Laverdure, Jolibois et Paul). En 1911, Olympe Hériot se fit représenter, avec la tenue verte à parements blancs de son équipage, par Giovanni Boldini, portraitiste attitré du Tout-Paris de la Belle Époque. Ce tableau est aujourd'hui exposé à Senlis.

Race(s) de chiens Bâtard
Bâtard Poitevin
Chenil Vènerie Olympe Hériot 27340 Pont-de-l'Arche (1908 - 1937)
CerfSanglier